Après Nabilla, Bertrand Cantat s’exprime à son tour sur l’affaire Mila

Nabilla avait “vomi” sur Twitter en réagissant aux propos de Mila en début d’année 2020 et s’est exprimée à nouveau sur cette affaire ce Vendredi sur le réseau social.

Mila est une jeune adolescente qui a été harcelée, menacée de mort et de viol pour avoir insulté une religion. Condamnée au silence, elle est désormais obligée de vivre cachée.

L’histoire remonte au début de l’année 2020, la jeune Mila a commencé par être victime d’un harcèlement homophobe. Cela fait suite à des avances d’un internaute qu’elle aurait reçues et rejetées depuis son compte Instagram.

Choquée par ce harcèlement et ces insultes, Mila finira par poster une vidéo en “story” sur Instagram où elle critiquera et insultera l’islam. La vidéo va alors très rapidement être relayée sur internet. S’en suit un harcèlement de masse sur les réseaux sociaux envers l’adolescente. Mila subit alors un torrent de menaces de violence, de mort, et de viol, ainsi que la diffusion de ses coordonnées personnelles.

En juillet 2020, son avocat Richard Malka indiquera qu’elle a reçu 30 000 menaces de morts.

Les personnalités s’y mettent

Mila reçoit des soutiens mais hélas aussi beaucoup d’attaques, et en particulier de certaines personnalités publiques. Même l’ancienne candidate à la Présidence de la République, Ségolène Royal, viendra condamner les propos de Mila.

Dans l’émission de Cyril Hanouna, le Docteur Jimmy Mohamed avait par exemple refusé de soutenir “Mila”. Il précisait dans un premier temps qu’il ne cautionnait pas son harcèlement. Mais dans son discours, il reprit les théories des islamistes, ramenant la critique de l’islam à la critique des musulmans. Il ajouta qu’insulter une religion n’est pas une opinion, considérant donc que le blasphème n’entrait pas dans la liberté d’expression. Sur le plan juridique le blasphème serait alors illégal.

Tweet de Nabilla, supprimé depuis

le 22 février 2020, Mila s’adresse à l’émission Quotidien de Yann Barthes. La jeune adolescente alors en grand danger, Nabilla Vergara publiera un tweet composé de plusieurs emojis “vomi” sur ce passage télé.

Ce Vendredi 23 Octobre, alors prise à partie dans un édito de Patrick Cohen, Nabilla Vergara tweetera n’avoir jamais vomi sur Mila mais “sur ses propos”. Dans la suite du tweet, elle précisera alors qu’il faut condamner tout acte extrémiste, considérant donc la critique d’une religion comme un acte extrémiste. Théorie soutenue également par les islamistes, eux-mêmes extrémistes.

Pour rappel, Nabilla Vergara a été condamné en Mai 2016 à 6 mois de prison ferme pour avoir poignardé son compagnon Thomas Vergara.

Bertrand Cantat prend part au débat

De son côté, l’artiste, condamné et écroué en Mars 2004 pour le meurtre de Marie Trintignant, a souhaité lui aussi réagir sur l’Affaire Mila. “On se comprend avec Nabilla” indiqua l’artiste à notre journaliste. “Le harcèlement que subit Mila n’est pas si grave. Je pense que certains perdent la tête avec cette affaire”.

Le tweet de Bertrand Cantat

“Si on ne crois pas à la liberté d’expression pour les gens qu’on méprise, on n’y crois pas du tout” – Noam Chomsky

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *