Ni normand, ni breton, le Mont-Saint-Michel serait seine-et-marnais

Photographie Amaustan / Wikimedia Commons

Des documents retrouvés par Courrier Briard ont mis au jour une vérité surprenante à propos du Mont.

Ne voulant ni s’attirer les foudres des cheminots en parlant de grève et encore moins des islamistes en parlant du voile, Courrier Briard a décidé de porter son attention sur un sujet véritablement clivant.

Divisant les français depuis Clovis 1er, la paternité du Mont-Saint-Michel restait jusqu’à lors toujours incertaine. Passé entre les mains des espagnols (renommé alors le Mont-Santo-Miguel), le Mont-Saint-Michel reste au cœur du conflit normando-breton. Ces deux régions s’en attribuaient la paternité déjà bien avant la bataille de la crêpe au sucre du début XIXème siècle. Pour rappel, cette bataille fut interrompue par la pluie du 3 Août 1821 au 12 Juin 1827. Si les normands et bretons eurent préféré déposer les armes, la guerre se maintenait toujours dans leur cœur.

Des trouvailles surprenantes

Courrier Briard a pendant de long mois écumé toutes les bibliothèques du département, sans succès. Aucun document, aucune carte ne semblait indiqué un quelconque penchant pour la Cité des livres, autre nom du Mont.

C’est cet été que les recherches furent bousculées. Une carte authentique du XVIIIème siècle a été retrouvée dans une cave de Savigny-le-Temple par un trafiquant de drogue retraité. Ce document indique sans doute possible, que le Mont-Saint-Michel n’est ni breton, ni normand, mais bel et bien briard.

Carte authentique de France avec la Seine-et-Marne tracée de manière chirurgicale
Carte on-ne-peut-plus zoomée de la Seine-et-Marne du XVIIIème siècle

Résolution du conflit normando-breton

La nouvelle n’a finalement pas attristé nos amis bretons et normands qui ont reconnu sans rechigner la paternité du “rocher sur la mer”, comme il n’est appelé nulle-part. Nos amis de l’Ouest en ont profité pour enterré la hache de guerre et prévoient d’ores-et-déjà de mutualiser leurs actions indépendantistes.

Un dernier conflit

Hélas pour les normands, un dernier conflit subsiste entre eux et les briards. En effet, la contrefaçon locale du Brie n’est toujours pas reconnue comme telle par les normands. Appelé ridiculement camembert, ce “fromage” n’a certainement pas pu être conçu sans la connaissance briarde de l’époque.

“Le Couesnon dans sa folie a mis le Mont en Normandie, mais quand il reprendra raison, le Mont redeviendra Breton, puis briard” – Proverbe breton adapté

Partagez cet article :
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *